Roman

Génie et folie

25,00 18,00

« Je voyais ma petite fille pour la première fois… J’avais été présent le jour de sa naissance mais l’observer avec attention n’avait pas été un réflexe. J’étais ailleurs en permanence, pensant que l’autiste, que je paraissais être, était dans le vrai dans ces équations irréelles. Je n’avais pas fait attention à la profondeur de son regard. Me plongeant dans ce dernier, il me semblait y voir l’univers. Elle avait 6 mois mais était comme ouverte à son environnement. J’imaginais le possible… » Nous sommes portés dans les interrogations troublantes d’un chercheur perdu dans des questionnements métaphysiques. En fin de carrière ce dernier se lance sur une thèse existentielle qui l’emmènera à questionner l’universel. « Christian Kamtchueng signe un roman fou mais oh combien génial et jubilatoire… Il vient d’ouvrir une nouvelle discipline la logique irrationnelle. Sur un ton léger, il aborde des sujets déstabilisants. Il donne vie au livre du Tout. Il pourrait s’agir du prochain Bouddha. Il nous plonge dans une réflexion profonde qui trouble notre réalité mais aussi notre être. »

Les Errances Affectives : L’Ame Soeur

12,00

Il y a certains passages de notre vie que l’on préfère oublier. Certains que l’on voudrait réécrire. Cette histoire est celle d’une pièce oubliée… La dernière pièce d’un puzzle, celle qui éclaire le chef d’œuvre dans sa globalité, ou celle qui l’obscurcit. Il ne s’agissait pas d’une errance comme les autres mais une partie que le narrateur a bien plus que regrettée, un échec que lui et sa mémoire ne méritaient pas. Tout comme cette reine, il jeta cette histoire en pature à son inconscient. Il voulut en retirer toutes traces… Une partie qu’il aurait aimée ignorer, un échec pesant… Une flamme que l’on croit partager, une bougie que l’on souhaiterait éteindre, des braises que l’on souhaiterait rallumer… De cet incendie, il n’en retiendra rien ! Il ne l’avait jamais rencontrée encore moins aimée ! Rien ne servait, dès lors de chercher un « pourquoi ». Pourquoi la haine avait laissé place à l’amour ? Pourquoi l’ignorance était préférable à la passion ? Pourquoi une romance se transforme en amour impossible ? C’était son âme sœur… et bien plus encore…

Les Errances Affectives : La fin d’un Don Juan

10,00

« Mais au final, j’étais forcé de constater qu’elle se rapprochait de moi… Devais-je l’enterrer pour ça ? Elle me troublait. Elle sortait de l’ordinaire. Elle était moi et j’étais elle. » C’est l’histoire d’un homme… un homme perdu dans ses souvenirs. Un homme qui aimait les femmes et savait se faire aimer d’elles. Un homme qui découvre l’amour… un don Juan qui découvre la mort. Il se perd dans ses amours, nous l’accompagnons sans savoir de quoi il retourne. Il cherche des réponses dans ses souvenirs, il cherche le début de sa fin, se perd et se retrouve, nous perd et nous retrouve. Car dans chacune de ces histoires, il y a un peu de nous. La réflexion du narrateur nous amène à réfléchir sur notre parcours affectif, sur ces faits qu’on finit par oublier. Ces faits qui ont fait de nous un mari, une femme, une mère ou un père. Qu’y avait-il avant l’amour ? Certains ne s’en souviennent pas, et c’est tant mieux. D’autres comme le narrateur ont du mal à s’y retrouver. Des petits détails qui peuvent tuer un couple…

Les Voeux de Monsieur Dockins

10,00

La rencontre entre Stanislas Dockins et Gil Genius met en évidence l’inconsistance entre l’Homme et ses finalités. Le « pourquoi l’Homme ? » et le « pourquoi la conscience ? » ont torturé l’esprit de nombreux philosophes mais si on vous donnait la possibilité, non pas d’avoir la réponse mais de changer ce qui vous répugne chez l’Homme, dans la Vie, ou dans votre vie, que feriez-vous ? Vous pencheriez-vous sur des problèmes universels, existentiels ou personnels ? Voilà le dilemme de Stanislas Dockins. Si le dilemme est difficile, la conclusion l’est encore plus!

Mister Dockins Whishes

10,00

The meeting between Stanislas Dockins and Gil Genius exemplifies the inconsistency between Man and his purpose. “Why Man?” and “Why Awareness?” are questions that have tortured the minds of many philosophers for the ages. But what if you were given the chance, not only to be able to find the answers to these questions, but to be able to change what you loathe about Man, Life, or even your own life…what would you do? Would you focus on universal, existential or personal problems? This is Stanislas Dockins’ dilemma. If this seems a challenging dilemma, the outcome is even more so!